Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 09:18

Nous sommes maintenant à Hefei. Nous venons de terminer la balance (soundcheck) et encore une fois dans une salle de 975 places nous allons jouer "acoustique", sans amplification. Cette habitude de sonoriser à outrance débouche souvent sur un son artificiel où les subtilités et variations dans le son deviennent impossible. Cet conception erronée en ce qui concerne le jazz provient peut-être de la culture "rock" qui veut que le son soit agressif, sorte de contestation de la génération qu'on disait "pépère", rigide et bien-pensante. Ce son se voulait un cri; l'important, pour moi, n'est pas tant la force du cri mais la validité et la pertinence de son contenu. Le silence peut parfois être plus fort que le cri, tout est question de qualité. De toute façon nous venons du silence et y retournerons un jour ou l'autre. Et il faut toujours de très bonnes raisons pour le briser...

 

Souvent, dans les hôtels où nous sommes logés, le déjeuner est inclus. En général d'une grande variété, ces déjeuners se composent de divers plats à base de boeufs, porcs ou poissons, de nouilles de riz ou aux oeufs, fruits frais, petits pains fourrés d'une espèce de crème anglaise (sucrée) ou alors d'un mélange de légumes et de viandes diverses. À cela s'ajoute les oeufs, plusieurs sortes de légumes et, bien sûr le thé, jus de fruits et lait de soya sucré ou non, presque toujours chaud. Les hôtels réservent toujours une place pour le déjeuner "américain" (pain blanc, gâteaux sucrés avec glaçage et une espèce de café aussi insipide que le café que l'on peut boire dans les fast food, ce que j'appelle le "jus de chaussette"). Il m'est souvent arrivé d'observer les occidentaux (il y a toujours quelques européens ou américains-gens d'affaires pour la plupart) et leur réaction devant les plats offerts. 90% (environ) d'entre eux se dirige vers le "connu" (pain blanc etc.). Ce manque de curiosité me fascine. Le choix qui leur est offert et la qualité de celui-ci n'ébranlent eu rien leurs habitudes. On donne donc une liberté de choix et ils n'en usent pas réellement. Autrement dit, cette liberté offerte de manger varié ils se l'a refusent. Mauvaise éducation? Refus du nouveau? Peur du différent? Et s'il en était de même en politique?

 

Nous avons la chance de vivre dans un pays dit ouvert, démocratique (quoique notre système ressemble de plus en plus à une oligarchie c'est-à-dire que le pouvoir est entre les mains de peu de gens mais riches et influents-et pas forcément élus...). Les choix qui s'offrent à nous, même restreints, restent des choix possibles. Est-ce à cause de notre manque d'éducation, de notre peur du changement, du nouveau, que nous choisissons des Harper, des Charest qui, visiblement, ne favorisent qu'une certaine classe de la société tout en donnant de temps en temps de miettes pour les plus démunis?

 

Et si nous profitions de la Guignolée (par exemple) pour parler de cette pauvreté systémique? Le show donné par Radio-canada à chaque année, pour être gentil et utile, n'en est pas moins écoeurant par certains côtés. J'y verrais là une bonne occasion d'inviter des spécialistes qui pourraient peut-être nous dire pourquoi cela fait des années que l'on veut soi-disant éradiquer cette pauvreté et qu'elle soit toujours présente, plus que jamais en fait; même si nous vivons dans une société plus riche que par le passé!!! Les pauvres sont une occasion de faire un bon show... Avons-nous perdu tout sens de la mesure? Et la véritable dignité dans tout ça? Celle qui refuse l'injustice et qui place la charité à sa juste place? La charité ne peut être que temporaire, la justice doit prendre le relais à un moment donné, je ne le répéterai jamais assez.  

 

Est-ce que tout cela est notre véritable culture, celle de la fadeur, de la mollesse, de la médiocrité? Est-ce que l'école vise à former des citoyens responsables ou des gens qui ne seront pas trop dérangeant pour la classe dominante? Avoir un cours sur les religions sans parler des massacres, violences, intolérances qu'elles ont générés est une approche responsable et honnête? Les cours d'histoire pratiquement inexistants et largement insuffisants nous apprennent-ils vraiment qui nous sommes, d'où nous venons et où nous risquons de nous rendre? Comment voter intelligent si nous ne nous connaissons pas???

 

Veux-t-on véritablement éduquer ou simplement former des consommateurs qui ne seront là que pour faire tourner une "machine", une société qui ne profite finalement qu'à un tout petit nombre?         

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Marie-Soleil Belanger 23/08/2011 15:28


Wow! passer du petit-déjeuner au fadisme ambiant de la politique... Quelle métaphore!
Je t'envie d'avoir un petit déjeuner différent du nôtre. J'aimerais essayer toute cette diversité. Ça me fait penser aux petits déjeuners auxquels nous avions droit au Brésil. Mais ça restait dans
les déclinaisons du nôtres : fruits tropicaux, pain de manioc, gâteaux de manioc au chocolat, tapioca, patates douces, ect... avec le petit écriteau disant de ne pas en prendre plus que notre
appétit, cette abondance indécente ne reflétant pas la pauvreté qu'il y avait tout autours.