Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 17:35

Le monde des sons et des rythmes me fascine depuis très longtemps. Je me souviens, j'avais peut-être 10 ou 11 ans, je traînais avec moi ma flûte à bec dans ma poche. J'en jouais un peu partout et composais même de petits airs que je notais dans un cahier. Je dessinais moi-même les portées. Les mélodies avaient un parfum "moyennageux". Petites ritournelles tonales. Je prenais un grand plaisir à entrer dans ce monde, je m'y sentais chez moi, confortable, ayant l'impression de visiter un ami et de dialoguer avec un mystère. 

 

Mes études au conservatoire m'ont fait un peu perdre de cette fraîcheur et de cet enthousiasme. Pourquoi? Peut-être l'étude théorique, les lois à connaître et à suivre, les horaires strictes. Peut-être aussi cette compétition entre les élèves, les examens où l'on compare les notes, les rendements. 1er, 2ième, 3ième...Je n'étais certes pas préparé à tout cela! La musique était une amie, pas un sujet pour faire valoir mon petit talent! Inconsciemment peut-être, je sentais que l'on profanait quelque chose de fragile, que l'on instrumentalisait tout un monde pour hiérarchiser ceux qui pratiquaient cette musique.

 

Trop idéaliste sans doute! Le choc fût néanmoins terrible. Je serrais les dents et continuais mon cursus mais je dois dire que j'allais aux cours souvent à reculons.

 

J'ai retrouvé ma liberté en musique lorsque je quittai les institutions. Ce n'étais pas sans avoir essayé...Cegep, université, plusieurs conservatoires...Je ne regrette rien. J'ai quand même appris plein de choses qui me sont encore utiles aujourd'hui. J'ai dû m'adapter, comprendre et naviguer dans ces mondes. J'y ai fait des rencontres et développé des amitiés. 

 

C'est vers l'âge de 20 ans que je décidai de me prendre en charge et de parfaire mon éducation musicale en autodidacte. Je retrouvai alors toute les raisons pour lesquelles j'aimais la musique. Le dialogue, sans avoir été totalement coupé, reprit de plus belle et je m'enfonçai dans les sons avec délectation. C'est aussi à cette époque que je découvris la musique de Coltrane. Autre choc. L'union entre un homme et son instrument, un homme et sa musique à un tel niveau m'a laissé et me laisse encore sans voix. Pureté, force, énergie, intelligence, passion. Tout cela en équilibre presque parfait! Quelle leçon! Je me noyais des heures et des heures dans ses solos, repiquant (copiant) les moindres inflexions, les phrasés, la couleur etc.

 

Pendant ces quatres années je naviguai dans un bonheur total assurant ma subsistance en donnant quelques cours de saxophone dans les écoles de musique de la région. Vint ensuite "le grand saut". Je décidai de me rendre à Montréal.

 

Pour un musicien de région, Montréal est "la place" où tout se passe. Ce l'était pour moi. Je connaissais déjà quelques noms et j'avais des rêves...et des ambitions. Marques laissés par mes passages dans les institutions? Tiraillé entre ces rêves et cette ambition je me posais des questions sur la validité de cette envie de "percer", le pourquoi de cette espèce de maladie qui rend les gens envieux, jaloux, dures, séparés, coupés les uns des autres bref compétitifs. 

 

Combien d'heures de réflexions sans réponse. Combien de fois je suis tombé dans ce panneau et combien de fois je me suis senti stupide, arrogant, prétentieux! Combien de fois j'ai regretté mon attitude et mon manque de courage pour dire que je regrettais. Je voyais le mal qui pouvait être fait mais ma timidité m'empêcha plus d'une fois de parler directement aux personnes que j'avais sûrement blessé.

 

Beaucoup de chemin parcouru depuis ce temps. Beaucoup d'erreurs commises, beaucoup de bonheur partagé aussi.

 

J'aime la musique. Elle est un outil fabuleux pour comprendre soi et les autres. Encore faut-il rester honnête avec sa passion, dixit Brel.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article

commentaires