Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 04:23

Je vais présenter vendredi prochain (le 24 février, au Lion d'Or) une vision personnelle de la musique du groupe Uzeb. Cet ensemble, dans sa dernière version, composé de Michel Cusson, Alain Caron et Paul Brochu, connaîtra un très grand succès sur les scènes québécoises et européennes dans les années 80 et début 90.

 

Pourquoi arrêter mon choix sur ce groupe? À cette époque, début 80, j'étais complètement absorbé par la musique de Coltrane et assez peu sensible ou perméable à ce qui pouvait sortir de cette esthétique. Ce n'est qu'un peu plus tard que j'ai commencé à m'intéresser à des groupes comme Weather Report, qui tentait (avec succès le plus souvent) d'amalgamer les sons du rock, entre autres, tout en gardant une souplesse dans l'improvisation qui est la marque principale du jazz.

 

Il est admis, la plupart du temps, que si un musicien veut connaître une carrière internationale (c'est peut-être moins vrai aujourd'hui) en jazz il doive s'exiler à New York. Paul Bley, Oscar Peterson, Maynard Ferguson, devront "devenir américain" pour se faire connaître et réaliser la carrière qu'ils ont connu. Se frotter et collaborer avec des "pointures" pour que leur talent soit reconnu, multiplier les rencontres et les chances de se faire un nom. Rien de répréhensible dans cette volonté de sortir du Québec, qui, peut-être à ce moment était trop "étroit" pour leur talent et leur ambition.

 

Uzeb, et c'est tout à leur honneur, n'ont pas choisi ce chemin. Qu'on apprécie ou pas leur esthétique, là n'est pas la question, on doit leur donner crédit d'avoir développer leur son, de poursuivre leur passion commune et de parvenir à imposer ce son sur la scène internationale sans pour autant sentir le besoin de le faire chez nos voisins ou de passer par ceux-ci.

 

À ma connaissance, c'est le premier groupe québécois de jazz instrumental à avoir réussi cet exploit.

 

C'est donc cette passion commune et le respect qu'elle m'inspire qui m'a donné envie de faire revivre leur musique. Il y a, bien sûr, la musique en elle-même.

 

Musique qui donne envie de "bouger", précision parfois maniaque du rythme, lyrisme exacerbé, solo dévastateurs. Ce que je retiens de tout cela c'est surtout le son d'ensemble, une vision commune et ce désir de faire une musique bien à eux, reconnaissable, identifiable dès les premières notes. 

 

Il est évident que je ne cherche pas à refaire ce qu'ils ont fait, à copier ou restituer leur musique "note pour note". C'est bien une vision originale, aidé en cela par mes confrères Samuel Joly et Rémi-Jean Leblanc, que nous proposerons lors de ce concert et de la tournée québécoise qui suivra.

 

Merci donc à Michel, Alain et Paul de nous avoir donné leur "point de vue" musical et d'avoir partager celui-ci avec générosité et passion. 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article

commentaires