Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 00:37

Je viens de prendre connaissance d'un sondage concernant le degré de satisfaction des Québécois sur différents sujets.

 

Ce qui rendrait les gens heureux de vivre au Québec serait les enfants (on en fait ailleurs aussi...), la nature, la liberté et les valeurs de partage. Quand je vois que dans le couple, à ce niveau si intime, il est tout-à-fait naturel et dans les moeurs de payer chacun sa part, je me demande ce que l'on entend par partage et à quel niveau il se situe. On veut parler de charité peut-être...Mais ça, ça ne peut être que temporaire, il faut que la justice prenne le relais à un moment donné.

 

95% des gens se disent heureux. Ça fait beaucoup d'irresponsables et/ou d'inconscients. Ou alors les gens disent n'importe quoi ou ne savent pas ce que pourrait être un bonheur véritable. Ou ils le disent pour s'en convaincre. Peut-être un mélange de tout ça.

 

Si ce bonheur prend sa source dans l'aveuglement (volontaire ou non), l'ignorance (volontaire ou non) ou la prétention (volontaire ou non) ce n'est pas un bonheur de grande qualité... Dire que le Québec est "le plus meilleur pays du monde" c'est un peu comme cet automobiliste qui crève, sort de sa voiture, s'assoit sur le bas-côté et fait l'apologie des trois pneus valides! C'est pas cela qui le fera avancer...Là où on en est, on a plus besoin de coups de pied au cul que d'introspection complaisante. On aura le futur à la hauteur de notre courage à changer les choses. Pas moins pas plus.

 

Toujours selon ce sondage, 95% des gens se disent heureux mais seulement 64% se disent optimistes. Ça fait 31% de gens heureux mais...pessimistes? Réalistes? Et heureux? Autrement dit, 31% des gens savent que l'on va droit dans le mur mais sont contents malgré tout. Heureux les innocents... Et dans les optimistes combien le sont par ignorance?

 

Parce qu'il faut être conscient que ce bonheur, relié à notre façon de vivre, n'existe que dans la mesure où d'autres hommes "acceptent" d'en payer le prix.  Un milliard d'êtres humains, 20% de la population mondiale consomment 80% de l'ensemble des richesses disponibles. Nous faisons partie de ces 20%. Je ne dis pas que nous sommes totalement responsables du fait que 80% de la population mondiale doit se partager les 20% des richesses restantes mais nous y participons certainement et ce, de façon conséquente.

 

Nos gaspillages systémiques et systématiques promulgués, catapultés au rang de droits par l'économie de marché ne feront plus long feu. Obama (le bien-aimé!) a dit lors de son discours d'investiture que l'Amérique n'avait pas à rougir de son niveau de vie ni de sa façon de vivre. Parlez-en à tous ces peuples massacrés, trucidés, exploités, à ces régimes renversés (régimes démocratiques ou non...la liberté, c'est pas pour les autres...).

 

Pendant ce temps on nous annonce avec fierté des projets grandioses et payants pour le nord du Québec. Comme au bon vieux temps... Exploiter plus, vendre plus pour consommer plus. Fallait y penser. Je me demande si tous ces dirigeants (le mot gérants conviendrait mieux) qui ne dirigent rien du tout seront imputables un jour... Ça va faire beaucoup de monde!

 

Il faut être conscient aussi que notre liberté, en tout cas celle qu'on nous vend, s'est faite au détriment d'autres peuples qui vivaient et (sur)vivent encore sur ce territoire avec et malgré nous.

 

Je sais, on ne peut pas refaire l'histoire mais on peut au moins s'y intéresser.

Ça donne des perspectives à notre bonheur aveugle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article

commentaires