Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 16:35

"Si vous m'aimez, fermez vos gueules" Brel

Il aimait l'action et détestait les atermoiements. Déjà 40 ans qu'il est mort ce con. Quelle drôle d'idée... À 3 paquets de cigarettes par jour, plus de 300 concerts par an, les épuisantes tournées, les soirées (très) bien arrosées, acteur, pilote, marin sur le tard, de démesure en démesure, on ne s'étonnera malheureusement pas qu'il soit parti si jeune. À peine 50 ans. Homme d'excès, homme éternellement insatisfait.

Il y a des hommes “fusées”, comme ça, qui vivent tellement intensément qu'il nous semble presque normal de les voir prendre congé si jeune de la vie. Ils épuisent le montant d'énergie allouée par leur constitution en très peu de temps, plein gaz, toutes voiles dehors. Brel pour moi c'est un peu le Coltrane de la chanson. Tous deux ont réalisé en quelques années ce que d'autres ne feront jamais dans une longue vie. Le talent? Non, le travail. C'est bien Brel qui disait que "le talent ça n'existe pas. Le talent c'est l'envie de faire quelque chose." Brel a eu très envie.

Il est des artistes qui vivent à une vitesse supérieure comme s'ils voulaient rattraper du temps, saisir du futur, remplir un vide, exorciser une angoisse permanente. Ce sont de grands malades; la sérénité n'est pas leur tasse de thé alors ils s'agitent, font des plans et les réalisent, ils bousculent, cherchent, s'occupent, gueulent, travaillent, s'étourdissent dans leur manège devenue toupie.

---

Mon cher Jacques, si tu voyais, si tu vivais le monde aujourd'hui, tu n'en reviendrais pas. Tu ne sais plus la chance que tu as eu de vivre à ton époque. Malgré la guerre. Je sais, on est jamais satisfait de notre temps, l'herbe d'hier ou de demain semble toujours plus verte...Nous ne sommes que rarement sages! Toi-même tu rêvais, tu as beaucoup rêvé mais vécu à la hauteur de tes rêves. C'est probablement ce qui t'as tué. Tu gueulais contre les "attentistes". Figure-toi que rien n'a changé sauf que maintenant ils semblent plus nombreux que dans ton temps. Les rues sont jonchés de cadavres déambulant; la technologie a réussi à tuer le peu de vie dont ils étaient pourvus. On commence même à voir les vivants d'un mauvais oeil, c'est pour dire! Toi mort, tu restes plus vivant que beaucoup de ces pendus.

Je fais court. Je ne m'éterniserai pas. C'était simplement pour te dire que je pense à toi et que toi aussi, 6 pieds sous terre, tu Brel encore.

Partager cet article

Repost0
Published by Yannick Rieu - dans Culture