Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 04:07

La femme sous l'emprise de l'homme?

À réduire l'Histoire à une sexuelle hormone

On finit par croire

Elle est bien bonne

Que tous les hommes

Sont des pendards

 

Toutes les injustices

De front les saisissants

Hommes, femmes, enfants

Ou jouet de la malice?

Celle qui voit la justice et l'égalité

Comme des boulets pour sa prospérité

 

Je n'ai jamais rencontré "la" femme

Des femmes?

Cela va de soi!

De brillantes ou gourdes

De légères ou lourdes

Des qui aiment la guerre

Assoiffées de pouvoir

Des prêtes à tout pour avoir

Ou sur leur quant-à-soi

Des pacifistes

Des talentueuses

Des prétentieuses

Fétichistes

Radieuses

Ou en piteux états

Des qui exploitent

Leurs sœurs leurs frères

D'autres bien droites

Des fortes

Des habiles

Sachant tirer profit

Des cons naïfs

Croyant celles-ci

De frêles esquifs

Au-dessus de tout soupçon

 

Non "la" femme n'existe pas

Être femme n'exonère pas

Elle ne représente pour moi

Ni l'amour ni la liberté

Cependant

La femme sage

Celle qui a compris

Justement

Est celle libérée

À tout prix

De son image

 

Il serait bien puéril

De demander combien

Il serait inutile et malsain

De tenir le compte

De tous les imbéciles

"Elles" ou "ils"

De ces pontes

Qui font le jeux du pouvoir

Qui n'est pas sans savoir

Qu'il est plus aisé de régner

Sur un peuple divisé

De porter le regard

De rendre coupable

Une moitié de société

Par le simple fait du hasard

En somme

D'être né

Comme une tare

Homme

 

Je me rappelle

Encore enfant

De voir ces pères

Cantonnés dans le rôle de pourvoyeur

Travaillant à l'Alcan

Condamner à fermer leur gueule

Vivant dans la peur de l’erreur

Au travail et à la maison

En toute saison

Isolés, invisibles,

Seuls

Comme un mal de dent

Mourir d'un cancer à cinquante ans

Usé par un travail abrutissant

 

Je me souviens aussi

De ces mères au ventre déformé

Vitupérées par le curé

Parce qu'elles n'avaient

Pas assez d'enfants

Soumises à ces niais

Dominées par leur curé

Devenir vaches sacrées

De ce Dieu mécréant

 

On pourrait à l’infini

Décrire et dénombrer

Toutes ces vies gâchées

Tout ce malheureux gâchis

 

Nous devons rechercher

Nous devons promouvoir

Faire éclater

Sans s’émouvoir

L’égalité

C’est un euphémisme

Un truisme

Une banalité

 

Question...

 

Visé la parité

Ne serait-ce point

Encore une fois les insulter ?

Que de voir la femme pour son genre

Et non sa capacité ?

 

Mais...

 

La femme comme l’homme

Lorsque au pouvoir

Égale en somme

Dans l'arbitraire et le dérisoire

 

Je persiste et signe...

 

Misogynes et misandres

Je vous le dis en toute sincérité

Sans esclandres

Ni éclats  

Vous vous trompez de combats

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article

commentaires