Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 16:25

Philosophes chroniqueurs de salon

Pros du verbiage, prétentieux de la plume

De droite, de gauche ou de Pampelune

Génies, savants et cons

Jamais on aurait cru

Pour un bout de tissu

Voir la toile

Un souffle dans le voile

Au nom de la liberté

Nous faire suer

(Nous faire chier

J'aurais écrit

Mais je suis poli)

Entendre autant de brebis braire

(Oui je sais l'âne brait, la brebis bêle

C'est pour vous dire que tout s'emmêle)

Tous ces commentaires

Le cul au chaud, le cerveau propre

La langue bien pendue

Prête à l'opprobe

S'étouffer de liberté

Toujours la nôtre

Jamais celle des autres

On sait que l'opinion

L'athéisme, l'agnosticisme

Et bien sûr la religion

Peuvent être des prisons

Cependant ne pas oublier

Qu'on peut être co-détenu

En montrant son cul

Sur une plage

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Michel 19/08/2016 19:36

''Philosophes chroniqueurs de salon Pros du verbiage, prétentieux de la plume De droite, de gauche ou de Pampelune Génies, savants et cons'' Ça fait pas mal de monde Yannick! Ça ne te gêne pas un tantinet? Et je risque sans trop d'équivoque d'être inclus dans cet anathème, dans cette mort au rat du clavier. Je croyais juste qu'on pouvait avoir du plaisir à partager des idées, souvent balbutiantes et pas encore bien pondérées et éprouvées, à chaud comme d'autres le diraient. Mais je ne croyais voir dans ces échanges des insultes et des exclusions catégoriques. C'est dommage, parce que derrière cette dispute autour du ''bout de tissu'', se fait voir un certain questionnement sur ce que nous sommes st désirons être, à la lumière des changements multiples qui affectent le monde et le Québec notamment. Et oui, j'ai le cul au chaud, un bon lit et un frigo pas trop vide. Devrais-je me taire parce que je suis un nanti du hasard planétaire et biologique? Devons-nous avoir un couteau sur la gorge et les couilles au pressoir pour gagner le droit à la parole? Et oui, nous pouvons être des co-détenus le cul à l'air, nous gargarisant de liberté et de droits humains, mais entre l'absence de liberté et son contraire, n'y aurait-il pas toutes sortes de nuances et de degrés? Sur ce, à la tienne et j'espère que tu ne seras pas trop inondé par la sur-préence de ces verbieux et prétentieux dont je suis, hélas, probablement. Je ne sais pas si mes tares sont génétiques ou si elles sont le fruit de certaines mauvaises fréquentions scriptuaires et pseudo-intellecuelles? Je vais m'auto-mutiler pour tenter d'extraire de moi tout ce venin de ''chroniqueur de salon''. Sans rancune!

Yannick Rieu 19/08/2016 21:47

Quelle mouche te pique? Tes commentaires sont toujours les bienvenues, au contraire. Je vais mettre ça sur le compte de la chaleur ou d'une faiblesse passagère. Tu as tout mon estime et mon amitié. Prends une marche, ça ira mieux après! :-)