Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 18:52

Voilà. C'est fait. Obama réélu pour un deuxième mandat à la tête des États-Unies. 6 milliards de dollars, au bas mot, pour une campagne électorale, une démocratie en mouvement, à l'oeuvre. J'espère que ceux qui pensaient que de grands changements se profileraient avec l'aide de ce candidat qu'on dit cultivé, excellent orateur et débatteur voient un peu plus clairement le rôle d'un président américain, les limites de son pouvoir et de son vouloir. 

 

Plusieurs milliards pour faire une campagne...ça fait beaucoup de retours d'ascenseur à honorer. Depuis 2010 on a décidé de retirer les plafonds pour les donations aux partis politique. C'est la valse des dollars pour la plus grande joie des médias, en particulier la télévision, qui profitent un maximum de ces "retombés démocratiques".

 

Ici, on présente cette campagne électorale réservée aux riches et/ou aux personnes les plus influentes, capable d'aller chercher du pognon à la pelle, comme normale, dans la nature des choses, correcte. Pas ou très peu de questionnement sur le rapport entre une démocratie et l'argent. Entre le sur-financement et une démocratie saine et authentique.

 

Cette déroute de tout un système pris en otage par les oligarques devrait éveiller chez toute personne un temps soit peu sensible des doutes profonds et sincères. C'est un retour en quelque sorte, en ce qui me concerne, à la barbarie mais avec des gants de velours, avec un masque avenant et souriant, une espèce de courtoisie, à un droit de parole tant que celle-ci reste insignifiante et sans poids.

 

Collectivement, je nous trouve bien aveugles. Mais veut-on vraiment voir? Ne sommes-nous pas, finalement, satisfaits avec nos cellulaires, nos écrans plats, nos belles voitures, notre train de vie au-dessus de nos moyens? Voulons-nous seulement une vraie démocratie? J'en doute. 

 

Tout comme la liberté. En voulons-nous vraiment? Avec toutes les responsabilités que cela implique? J'en doute. Il est beaucoup plus facile de suivre le troupeau, sans trop se poser de questions. De faire comme si...

 

Tout ce que nous voulons, dans une grande majorité, c'est notre derrière (J'allais écrire "cul" mais je suis un garçon bien élevé...) bien au chaud et notre tête bien profond dans le sable. 

                                                                                 ----  

Entendu à la radio cette semaine une publicité concernant une vente de voitures: "nous vous ferons crédit même si vous n'en avez pas les moyens". 

 

Pas mal...hein? 

Partager cet article

Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 13:26

L'art d'écouter. Certainement l'art le plus important avec celui de vivre. Les autres viennent loin derrière. La musique, la peinture, l'écriture (etc.) dépendent en fait de notre capacité à transformer en quelque chose de sublime le simple fait d'écouter, d'observer, d'être attentif.

 

Écouter, ouvrir les portes, être présent à ce qui nous entoure, à l'autre. L'art d'écouter est certainement relié à la capacité de s'oublier pour laisser place à autre chose que soi-même. L'analyse, le jugement, l'opinion, autrement dit notre centre et tout le processus de la pensée doivent s'effacer pour que l'écoute devienne Art.

 

Les grands artistes-on peut être artiste sans pratiquer un art!- sont ceux qui ont cette qualité de présence, cette espèce de transparence requise pour être véritablement à l'écoute.

 

En musique, il est évidemment nécessaire d'écouter, de rentrer totalement dans la musique, de faire un avec elle. Pas de séparation entre les sons et le musicien. La musique, particulièrement dans l'improvisation, dirige la musique. C'est elle qui montre le chemin, chaque note étant la flèche, le tremplin pour la note suivante et ainsi de suite. Alors seulement la musique devient une aventure, une route qui se déploie au fur et à mesure devant nous.

 

L'écoute dans la vie de tous les jours devrait atteindre ce sublime qui permet alors d'apprendre, de rendre à chaque instant la richesse qu'il renferme. Autrement, le présent devient terne et vide, une sorte de prison d'où nous nous échappons par le réflexe de la mémoire, de la connaissance et de l'image que nous nous sommes forgé des gens et des choses. Nous vivons alors constamment dans le passé. Nous refusons le déploiement du présent et trouvons une grande sécurité dans la fixité de nos opinions, de nos jugements, de nos idées.

 

L'art d'écouter permet à la vie de prendre tout son sens. La mémoire avec les connaissances qu'elle contient prend alors sa juste place et n'est plus ce réflexe d'évasion devant l'inconnu, cette fuite devant le vivant.

 

Ce qui est vivant est toujours imprévisible, toujours en mouvement.

 

Le présent est mouvement. Vouloir appréhender le présent avec le passé c'est le conflit garantie.

 

N'est-ce pas ce que l'on peut observer quotidiennement autour de nous?

Partager cet article

Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 11:40

Je suis de plus en plus convaincu que de nombreux problèmes auxquels la société québécoise est confrontée proviennent en fait dans le genre ou la direction que prend l'éducation de nos enfants et ce, dès leur plus jeune âge.

 

Ce problème m'intéresse au plus au point étant père de deux enfants, je vis la situation de garde partagée, ne voyant mes filles qu'une fin de semaine sur deux, dans le meilleur des cas. Mon horaire de musicien étant plutôt anarchique et les concerts souvent donnés les week-end, tout cela ne faisant que compliquer la venue de mes enfants sur une base régulière.

 

Je caresse un projet depuis un moment déjà, celui de partager ma situation qui, j'en suis certain, est vécu par un grand nombre de pères dans notre société.  Les séparations sont monnaie courante mais peu de parents partagent (surtout les pères!) les nombreuses difficultés qui se dressent devant leur état. Peu de littérature, pas grand chose à se mettre sous la dent ormis les spécialistes avec leur jargon pédagogique finalement assez loin de la réalité. De la mienne en tout cas et de plusieurs d'entre vous, j'en suis convaincu. Ce projet d'écriture et de partage porte un titre. Il m'est venu presque au début de ma réflexion et m'apparaît comme la source de mon désir de faire part de mon expérience: Le Silence

 

Silence. Pour moi, cela résume bien ce qu'on voudrait de la part de beaucoup de pères au Québec...Silencieux. On les voudrait silencieux, comme si l'éducation des enfants était une chose réservée aux femmes, une chasse gardée. Je me demande jusqu'à quel point ce n'est pas un prétexte pour justifier une certaine tyranie, un pouvoir exercé sur le "mâle" pour l'exclure des décisions qui pourraient changer le destin de leur progéniture. On nous a souvent rabâché les oreilles avec l'importance de découvrir notre côté féminin, de le cultiver. Encore faut-il nous donner l'occasion de le mettre en valeur...Mais la société est-elle prête pour cela? Le mouvement féministe a, dieu soit loué, permis certaines avancés pour les femmes (il reste encore beaucoup de choses à réaliser) avec des réactions de défenses de la part de beaucoup d'hommes mais on entend peu parler de l'inverse il faut dire!   

 

Le sentiment d'insécurité des d'hommes (pas tous!) face au mouvement féministe, ce sentiment de perte d'identité serait-il également à l'oeuvre dans le cas contraire? La volonté de plusieurs hommes de vouloir prendre en main (en partie) l'éducation de leurs enfants, de s'investir, si ce n'est en temps du moins en qualité, serait-elle encore et après tout pas vraiment accepté et même suspecte à plusieurs égards?

 

C'est donc avec ce projet de longue haleine, Le Silence, que je tenterai de mettre au jour différentes facettes, problèmes, blessures, joies, rapports de force, auxquels plusieurs d'entre nous font face quotidiennement dans cette aventure qu'est l'éducation dans un contexte de garde partagée (qui devrait être vu comme un projet commun, ce qui n'est pas souvent le cas).

 

Je me donne plusieurs années pour compléter mes observations. Celles-ci ont commencé il y a maintenant 4 ans (+ ou -) suite à un "clash" (j'y reviendrai) qui m'a ouvert les yeux sur une situation vécue qui mérite mieux que ce silence dans lequel on voudrait nous tenir et qui fait l'affaire de beaucoup trop de gens. Dans le meilleur des cas, un livre sera édité lorsque mes enfants auront 18 ans. Elles en ont 11 maintenant. Projet de longue haleine vous dis-je.

 

Pourquoi en parler maintenant?

 

Suite à un appel d'un ami me brossant sa situation similaire à la mienne et devinant sa souffrance au travers de son silence, de non-dits, j'ai décidé de mettre mon projet, mon intention, publique. Voilà, c'est fait.

 

Non, tu n'es pas seul mon ami.

 

Ce silence qui s'accompagne de souffrance, je l'ai trop vu dans ma jeunesse où des hommes en apparence aphones, pris pour des banques ou uniquement pour des pourvoyeurs n'avaient pas droit ou étaient mal venus (et souvent cela faisait leur affaire peut-être...mais pas sûr!) d'interférer dans la merveilleuse tâche de rendre leurs enfants libres. Bien éduqués quoi.

 

On ne construit pas une société sur du silence, surtout si celui-ci renferme une part de souffrance. 


Partager cet article

Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 13:39

Est-ce que les expériences que nous faisons au cours de notre vie sont aptes à nous apprendre quelque chose sur le comment vivre? 

 

Lorsque je parle d'expériences on classe presque immédiatement celles-ci en deux catégories: les positives et les négatives. Qu'en est-il? Ce réflexe est-il le bon? Pourquoi qualifier de telle sorte ce qui nous arrive?  

 

Les expériences ne nous amènent-elles pas à développer des réflexes de défenses, des murs qui ne sont pas toujours adéquats face à la vie? Vivre avec le passé pour appréhender le présent? Voir avec les yeux du passé pour comprendre le maintenant? Est-ce vraiment raisonnable?

 

Il n'est pas évident de se débarrasser du passé, d'être neuf à chaque instant. Cela demande une grande quantité d'énergie et cette sorte de courage qui est d'abandonner ce qui nous structure et ce qui fait de nous ce que nous sommes, ce "moi" qui expérimente et se veut le centre et le lien discontinue entre hier, aujourd'hui et demain.

 

La mémoire gardant les nombreuses images que nous avons de nous-mêmes, des autres et de ce qui nous entoure, est l'élément principal qui nous donne l'illusion d'un noyau au travers duquel tout passe. Cette fonction, utile pour l'apprentissage d'un métier, d'une langue, de tout un savoir technique indispensable pour vivre devient un piège dans certains cas.

 

La mémoire devient un piège lorsqu'il s'agit d'appréhender le présent. Seuls des yeux complètement neufs peuvent voir ce qui se passe dans l'instant, ce qui est vivant, ce qui survient maintenant en nous-mêmes et à l'extérieur de nous-mêmes. Voir avec les yeux du passé nous éloigne des choses et des êtres qui nous entourent, devenues (avec la mémoire) des images, des représentations fabriquées de toute pièce par l'expérience, les traces que laissent en nous ces expériences. 

 

N'y a-t-il pas une grande beauté dans le fait d'être vulnérable? Ces murs que nous nous sommes construits ne sont-ils pas une source de souffrance et de douleur? Cette image construite, parfois avec une grande habileté (elle sera d'autant plus monstrueuse par le nombre de calculs, de fausses représentations répétées) n'est-elle finalement qu'un mur derrière lequel nous cherchons la sécurité? 

 

Nous croyons être à l'abri derrière ce mur alors qu'il est la source même de notre malheur, de notre insensibilité, de notre indifférence. Il est la source de cette opacité que nous prenons, que nous voulons prendre pour de la transparence. Ce mur devenant enceinte au fil des ans et des expériences ainsi accumulées doit être défendue par toutes les "attaques" de la vie, par ce qui est nouveau et (forcément) déstabilisateur. 

 

Derrière ce mur, nous percevrons tout ce qui est vivant comme une menace à notre intégrité. Nous pataugerons ainsi dans une mare sans oxygène considérant la moindre source rafraîchissante comme une tentative de percer ce mur si réconfortant. Le beau, le bien, le raisonnable, bref les questionnements qui ne vont pas dans le sens de notre image, devenant ennemis éventuels.

 

Nous devenons ainsi des tyrans "fonctionnels", ouverts en apparence...

 

Gare à celui qui ne pense pas et ne vit pas comme nous! 

Partager cet article

Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 19:44

L'improvisation est un phénomène qui m'a toujours intéressé voire intrigué. En musique comme dans d'autres formes d'art probablement, il est presque coutume de confondre l'improvisation avec une forme de "sur-préparation", un vocabulaire appris et régurgité ne présentant qu'un semblant d'improvisation alors que tout est (presque) prévu sans l'ombre de surprises ou de réelle acceptation du moment présent comme seul point de départ et d'arrivée possible.

 

L'improvisation ne supporte pas la réflexion, beaucoup trop lente, et ne s'accommode que d'une espèce de "lâcher prise" avec soi-même, de notre pensée (également trop lente) ou toute forme de dualité engendrée par notre "moi". Dans l,improvisation, il n'y a plus d'observateur et d'observé mais uniquement le fait de percevoir.

 

C'est probablement pour cette raison que l'improvisation est une forme de méditation, une coupure avec notre mode ou façon d'être "régulière". Le centre n'est plus "moi" mais uniquement le fait de percevoir, l'action de percevoir. Perception directe sans jugement, pensée, évaluation, calcul, comparaison etc. Tous ces critères font partie de notre mode de fonctionnement au jour le jour, dans notre quotidien...avec son lot d'illusions et de souffrance!

 

Faisons un parallèle avec la poésie. Imaginez un instant qu'un poète s'exercerait pendant des heures, chaque jour, à trouver des formules poétiques, un vocabulaire précieux et particulier qu'il insérerait dans ses poèmes de façon régulière, redondante. On aurait tôt fait de le qualifier de malhonnête et de mécanique. Sa prose et ses vers ne nous toucherait que dans une très petite mesure me semble-t-il. Or il s'avère que cette pratique est monnaie courante chez les musiciens dits improvisateurs. 

 

Il va sans dire que l'apprentissage d'un instrument est incontournable mais le problème survient quand cet apprentissage devient uniquement mécanique et qu'un certain vocabulaire devient automatique. Les nombreuses méthodes d'improvisation proposées sur le marché aujourd'hui ne soulèvent jamais ou très rarement ce problème: celui de la qualité de présence et/ou d'être à ce que l'on fait.

 

Le noeud du problème, selon moi, est là. Le paradoxe réside dans le fait que notre présence, notre capacité à être dans le présent exclus justement le moi, l'égo, la personnalité et toute cette construction édifiée au cours des années. Nous sommes totalement présent quand nous n'y sommes plus! 

 

La musique devient alors autre chose que ce produit à consommer. Elle devient quelque chose de vivant, éphémère sans autre raison d'exister que le simple fait qu'elle "est". Transparente. Sans jeux ou poses.

 

La beauté est toujours innocente et il y a longtemps que nous ne le sommes plus. Avoir l'audace de disparaître derrière la musique...oui, l'audace par les temps qui courent...Audacieux car dans notre société on admire plus (trop souvent à tout le moins) que les "personnalités" et autres énergumènes "remplis d'eux-mêmes". S'effacer et laisser place à ce qui nous dépasse. Voilà certainement quelque chose d'audacieux dans notre monde contemporain.

 

Fragile et forte, sans traces ni buts, riche de par sa volatilité et cependant infinie et profondément enracinée.

 

Le moment présent quoi...

 

 

Partager cet article

Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 01:27

Le carriériste en musique

 

Voila bien une sorte de gens qui ne me plait guère, je dois l’avouer. Pour en avoir rencontré plusieurs au cours des maintenant nombreuses années de pratique de mon métier, j’ai pu donc en côtoyer quelque uns, toujours d’assez loin quand c’était en mon pouvoir.

 

Le carriériste, comme son nom l’indique, se sert de son talent et de celui des autres pour arriver à ses fins. Quelles sont ces fins? On peut avancer sans trop se tromper que le carriériste vise essentiellement à faire prendre de l’expansion à sa petite personne, son nom, son image et à tout ce qui le concerne en général. La musique devient un moyen de vendre sa personne (ou la louer…), d’en faire la promotion comme on fera pour du savon ou du dentifrice. La musique c’est le bonus qui vient avec…

 

On doit craindre le pire en ce qui concerne cette personne constamment préoccupé par elle-même et son image. C’est pour cette raison qu’on doit l’observer de loin quand cela est possible.

 

En effet, le carriériste est prêt à faire toutes les petites (et parfois grandes…) saloperies qu’on lui demandera de faire ou qu’il pensera nécessaire à l’avancement de sa carrière. Cela peut aller de la sympathie feinte pour les gens qui sont en mesure de faire fructifier son ascension: le carriériste développe ses “amitiés” en fonction de ce qu’elles lui rapporteront. Gare à toi si un jour tu ne lui rapporte plus grand chose…Tu seras écarté de sa route aussi facilement que ces genoux que la prostitué ouvre pour se faire quelques deniers.

 

De la sympathie feinte, donc, et si nécessaire, à la perfidie, à la calomnie et autres variations du plantage de couteaux dans le dos. Il faut toujours rester fort avec le carriériste et ne jamais tourner le dos, montrer quelques faiblesses que ce soit. Il aime et respecte la notoriété, il aime qu’on parle de lui et lui-même parle souvent de ses grands projets et de ses collaborations brillantes, toujours avec des “personnalités” qui font ou qui ont fait leurs marques dans le haut milieu des “arrivés” (toujours selon lui), des gens représentant pour lui l’image qu’il aimerait projeter dans un futur pas trop lointain (le carriériste est toujours pressé…).

 

Le carriériste aime se frotter à ceux qui ont réussi selon les critères qui lui ont été imposés par notre société moderne, pardon contemporaine…

 

Parmi ces critères auxquels notre bon carriériste se plie avec complaisance se trouvent, entre autres, la présence médiatique, la bonne performance au niveau des ventes de disques (très important pour les médias et donc pour lui aussi!). Le discours qui n’engage à rien est en usage presque constant chez le carriériste. Espèce de magnanimité qui fait que la parole ne sert plus qu’à donner du “positif”. Le carriériste évitera les sujets chauds…car au fond, notre carriériste est un personnage faible qui a besoin de l’image de la force que les autres lui renvoie pour se sécuriser et véritablement exister à ses propres yeux.

 

Le carriériste peut aussi être un flatteur quand cela lui est utile. Il saura manier le verbe et encenser au moment où il le faut et à l'endroit où il faut (souvent dans les médias). Il pourra alors dire tout le bien (qu'il ne pense pas) d'une personne afin de s'accorder ses éventuelles faveurs. Ce discours est toujours apprécié par la plupart des gens qui, eux aussi, ont une carrière...

 

À défaut d'intelligence, le carriériste possède souvent du talent, ce qui lui permet d'entrevoir un futur glorieux dans une société comme la nôtre qui adore les gagnants. Cette société est prête à fermer les yeux sur beaucoup de bassesses, considérées comme des dommages collatéraux, (pour utiliser une expression bien connue!) nécessaires pour qui veut réussir. On qualifiera même de courageux des gestes qui, à une autre époque, aurait probablement passés pour ignobles et inqualifiables. 

 

Non, le carriériste se croit dans son bon droit. Il n'a pas vraiment tort dans un sens étant donné que les valeurs auxquelles il croit sont celles que l'on nous présente, dans une large, très large mesure, tous les jours à la télévision, dans les journaux, à la radio, dans nos cercles d'amis etc. Le doute ne fait pas partie de la personnalité de l'arriviste. Il ne fait que suivre l'air du temps. Il se laisse porter.

 

Être un peu perdu, transportant avec lui des valeurs qui, souvent, ne sont pas les siennes mais auxquels il croît dur comme fer, servant les pouvoirs établis, quels qu’ils soient, le carriériste est un peu cette feuille emportée par le vent.

 

On ne verra jamais une feuille remonter le vent.

 

Le carriériste est, finalement, esclave de lui-même

Partager cet article

Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 04:32

Spécialiste dans son domaine. Force ou faiblesse? Être musicien, est-ce une spécialité? La musique n'est-elle, après tout, qu'un prétexte pour s'ouvrir à une quantité d'intérêts que l'on peut toujours, étant "spécialiste", ramener à notre point d'intérêt principal. Un bon musicien est-il spécialiste de son instrument presque exclusivement ou alors se sert-il de ses (supposées) nombreuses connaissances, même extra-musicales, pour créer, inventer, imaginer de nouveaux chemins, de nouvelles possibilités, de nouveaux sons ou possibilités harmoniques, mélodiques etc.

 

Penser la musique uniquement en musicien me semble extrêmement étroit voire dangereusement réducteur. John Coltrane, pour prendre un exemple que je connais assez bien, était un grand lecteur, s'intéressait à beaucoup de choses en dehors de la musique, réfléchissait (pour celui qui a entendu des entrevues qu'il a donné, cela est évident), se penchait et était attiré par une foule de sujets comme la physique, la philosophie, la gastronomie, l'astronomie et j'en passe.

 

Beaucoup de musiciens ne voient en Coltrane que cet acharné du travail instrumental (c'est vrai!) mais sa musique, d'une haute et grande intelligence (donc sensibilité) s'est nourrit d'une multitude de choses autre que la stricte connaissance musicale et instrumentale.

 

Il est un peu triste de voir nombre de musiciens réduire la musique...à la musique! Celle-ci, comme toutes les activités menées avec sérieux, doit normalement déboucher sur du plus large, du plus grand, du plus profond.

 

Le spécialiste est un infirme. Le spécialiste qui s'enferme et réduit sa compétence à son domaine, agit comme une machine et non comme une personne sensible (donc intelligente). Nous ne sommes intelligent qu'au-dessus du coeur disait le philosophe krishnamurti. Autrement ce n'est qu'habileté et cette habileté peut être au service de la guerre, par exemple. L'Homme véritablement intelligent ne peut mettre son savoir au service d'une telle monstruosité, c'est tout simplement impensable. Dans notre grande confusion nous mélangeons encore le savoir, qui n'est que mémoire (un ordinateur est "intelligent"?), et intelligence qui est beaucoup plus que cela.

 

Je l'ai dit et je le redis, la musique n'est qu'un prétexte, un outil pour approfondir le réel. Le réel: les autres, ma relation avec l'autre, ce qui m'entoure, ce qui est en bas comme ce qui est en haut et moi-même.

 

La musique n'est certes pas un moyen de faire mon auto-promotion et n'est pas non plus un moyen pour me donner du crédit aux yeux des autres. Elle n'est pas non plus un moyen pour me répandre et prendre de l'expansion. 

 

Je l'aime trop pour cela. 

Partager cet article

Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 05:57

Nous sommes dans un hôtel modeste mais correct à tous points de vue. Je n'aime pas le luxe et les hôtels 5 étoiles. Les gens qu'on y rencontre ne sont pas ceux que j'aime rencontrer. Sauf exception. Hommes d'affaires cravatés et pressés, touristes voyageants sans vouloir être dépaysés, sans vouloir quitter ses saintes habitudes, le même que celui qui voyage avec sa maison...Winibago et compagnie...

 

Non, notre hôtel fait parti d'une série nommé Hanting où se sont des étudiants, des gens "ordinaires" qui loue une chambre pour dormir et non pas pour afficher un standing quelconque. Il y a tout ce qu'il faut...même internet (gratuit). C'est confortable, simple, souvent situé dans des endroits "stratégiques", près ou dans des quartiers agréables. C'est par centaines qu'on retrouve ces "Hanting" et ils recouvrent pratiquement toute la Chine. 

 

Premier concert ce soir au East Shore Jazz Café, un club de jazz dont j'ai déjà parlé dans un autre texte. Beaucoup d'étudiants, parfois un peu bruyant. Je me demande la réaction du public avec ce que le groupe propose: Chansons française, guitare-contrebasse,saxophone. Ce n'est pas le groupe le plus à même de s'imposer "par la force" (lire par les décibels). Le répertoire tourne autour d'auteurs comme Barbara, Brel, Trenet, Ferrat, Vian. Nous rejouons dimanche soir au même endroit...Peut-être une soirée plus tranquille et propice à ce projet.

 

Demain (samedi), nous donnons un master class dans une école de musique privée (l'école pas la musique...). Comme à l'acoutumé, je ne prépare rien d'avance, j'irai avec les besoins des musiciens présents, leurs problèmes spécifiques face à l'improvisation et/ou à leur instrument. C'est toujours un joie pour moi de rencontrer des collègues et de discuter musique. Si, en plus, je peux leur apporter quelque chose!

 

Quelques heures avant notre "soundcheck" je révise le répertoire. Musique adaptée pour le mots, elle a ceci de particulier qu'elle contient des séquences harmoniques assez irrégulières, pas toujours "naturelles" pour un instrumentiste. La richesse des mélodies compense largement ce petit inconvénient qui est aussi une sorte de défi plutôt agréable à affronter.

 

C'est tout un pan de ma jeunesse que je revis à travers ces chansons.

 

Nostalgique? Un peu mais pas trop! 

 


Partager cet article

Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 01:29

Il fait un temps radieux ce matin à Beijing. Certainement la saison la plus propice pour se rendre à cette destination. 24-27 degrés le jour, 13-17 la nuit, température idéale pour quelqu'un qui ne supporte pas tellement la chaleur comme moi. Hier soir, en rentrant d'une petite marche, on pouvait entendre des grenouilles troubler le silence.

 

Nous logeons dans un petit hôtel en plein coeur du hutong tout près du lac Huhaï, pratiquement dans le centre de Beijing. Silencieux, Beijing? Eh bien oui! certaines parties de cette ville sont "isolées" par des rue piétonnes où le bruit de voitures se perd rapidement. Ce n'est pas la campagne mais étonnant pour une ville de cette grosseur.

 

Ce matin, autre marche, assez tôt. Même les moins sportifs ressentent le besoin de se délier les muscles après un voyage de près de 14 heures en avion, assis à "attendre" (lisant, regardant un film, méditant ou réfléchissant, écoutant de la musique) que les 11,000 km nous séparant de Beijing soient derrière nous.

 

Les petites ruelles qui traversent le hutong sont bordées de marchands de fruits et légumes, de vendeurs de toutes sortes de bricoles (porte-monnaies faits à la main, foulards en soie, poupées, briquets, gadgets électroniques variés etc.) installés sur des couvertures à même le sol ou alors dans des charrettes. Tout le long de ces ruelles ont peut déguster pour quelques yuans (6 yuans pour 1$) un plantureux petit-déjeuner (soya chaud, pains fourrés, raviolis chinois) typique du coin. Pas beaucoup d'occidentaux par ici... Par contre les gens du voisinage font la queue devant certains petits restaurants du quartier et avec raisons! Une boutique se spécialise dans la fabrication d'un pain typique de Beijing: pain blanc assez neutre (il sert à accompagner le tofu fumée ou différents légumes marinés) fondant dans la bouche et fait de plusieurs épaisseurs ou "couches de pain" enroulées sur elles-mêmes. À essayer!...Si vous avez la patience de faire la queue!

 

Nous louons des vélos pour faire le tour du lac. Nous pouvons observer la vie matinale...Des enfants, une vingtaine, prennent un cours de Kung Fu dans un parc adjacent le lac, des adultes font de l'exercice sur des appareils de musculation construits le long du lac (rudimentaires mais apparemment fort goûtés), on joue aux cartes, au ping pong (des tables sont disponibles dans certains endroits), on joue également au aki (on se lance une sorte de moineau, comme au badminton mais plus gros, uniquement avec les pieds), ça courre, ça chante, ça rigole, ça marche main dans la main, jeunes et moins jeunes! Mon dieu que ça me change de mon village où il est difficile de rencontrer ne serait-ce qu'un seul regard épanoui. Les gens se croise et s'ignore...J'ai plus de sourires et d'échanges (un regard, un sourire, un mot gentil, une blague...) en une matinée en Chine que pendant tout un mois dans mon village de St-Gabriel de Brandon!

 

À suivre.  

 


 

 

Partager cet article

Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 18:48

Je suis en transit à Toronto en direction de Beijing. Deuxième tournée en à peine un mois, cette fois-ci avec un projet en trio (guitare-contrebasse-saxophone) qui tourne autour de la chanson française. J'ai l'intention de proposer ce projet aux Francofolies de l'an prochain.

 

Le transit permet (j'ai quelques heures devant moi) de lire des journaux que je ne lis jamais autrement. Je parle ici de la Presse qui n'est pas toujours disponible (en fait presque jamais) dans les restaurants de mon village. Comme je ne l'achète jamais, je préfère investir dans des bouquins ou des disques, c'est avec une certaine curiosité que je parcours ce journal.

 

C'est celui du samedi, épais, comportant plusieurs sections (culture, voyage, affaires, sports etc.) dont la traditionnelle place des lecteurs...Ceux qui prennent la peine d'écrire au journal.

 

Une lettre d'un cinéaste s'étonnant et s'offusquant du niveau de politesse ainsi que de la vulgarité de beaucoup d'internautes utilisant les réseaux sociaux pour s'exprimer, exprimer leur rancoeur ou leur ras-le-bol, leurs soucis ou leur désespoir. 

 

Je crois que, grosso modo, les gens pensent comme avant, avec la même vulgarité ou finesse. Sauf qu'avant il n'y avait pas de Facebook ou Twitter pour canaliser et rendre publique la pensée de nos frères et soeurs. Les réseaux sociaux n'ont rien changé! Tout au plus ils permettent de voir et de faire ressortir, de rendre visible ce que chacun pense tout bas. Probablement que l'anonymat y est pour quelque chose. Devant les autres nous sommes beaucoup moins téméraires et avons tendance à ne pas dire le fond de notre pensée. À tort ou à raison. Probablement à tort et à raison. 

 

Pour moi les réseaux sociaux n'ont fait que confirmer ce que j'avais observer depuis longtemps me semble-t-il, à savoir qu'une majorité de gens n'ont pas grand chose à dire mais ils le disent très fort. Et très maladroitement.

 

Pour un cinéaste il est malheureux que son sens de l'observation ait eu besoin des réseaux sociaux pour se rendre compte de la réalité l'entourant. Rien de nouveau sous le ciel! Il y a des gens comme ça qui ont besoin d'avoir le caca sous le nez pour dire que ça sent mauvais...

 

Il y a un moment que les sourires de surface, la soit-disante bonhomie et la sympathie de surface ne m'émeuvent plus. Je préfère affronter une vraie sale gueule et/ou "démon" qu'un faux ange!

 

Au moins je suis préparé.

Partager cet article

Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article