Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 08:09

Rendez-vous à 10:30 ce matin avec le public chinois. Une centaine de personnes, table genre conférence de presse avec micros, serviettes, thé vert et bouteilles d'eau. Un mot du directeur du théâtre et début de la rencontre.

 

On demande aux musiciens de parler un peu du rôle de leur instrument dans le groupe. Après cette introduction je parle un peu du projet "Love Story" et de la raison de mes choix musicaux. Certaines musiques de film se prête mieux que d'autres à des ré-arrangements et offrent plus de possibilités pour l'improvisation de par leur structure. Mon choix s'est porté aussi sur des musiques que le public chinois pouvait connaître, ce qui facilite leur compréhension de la musique de jazz.

 

Un saxophoniste classique interprète une pièce et demande une critique sur le vif. J'aborde le côté technique de l'instrument, en particulier le travail sur le son. Cela ne semble pas rebuter les gens même si mon intervention s'applique plus particulièrement aux saxophonistes (assez peu nombreux). Le son, que l'on soit jazzman ou non, est certainement une donnée importante concernant les instruments à vent. Chaque musicien développe un son qui lui appartient et qui caractérisera par son biais, sa façon originale d'aborder la musique. En jazz, le vocabulaire et la voix sont intimement liés.

 

Séance de photo, de signature, entrevues viendront clore cette rencontre trop brève (1 heure). Pas le temps d'aller trop loin dans nos explications. Quand même intéressant de voir l'intérêt porté au jazz et à l'improvisation. Quelques questions un peu saugrenues (est-il arrivé des accidents sur la scène?). Je récupère comme je peux et parle des accidents musicaux, les "erreurs" qui peuvent survenir dans une improvisation et l'utilisation de celles-ci comme tremplin pour aller de l'avant. La faute qui se transforme en particularité et se dilue dans le flux musical.

 

De ma fenêtre je peux apercevoir pas moins de 30 grues, des tours d'habitation en construction et d'autres toutes neuves qui sont déjà occupées. Au loin un temple construit en haut d'une petite montagne semble se perdre dans le gris du ciel.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article

commentaires