Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 07:34

Le groupe commence à être à l'aise avec le répertoire. Ça se sent dans la musque qui prend de l'ampleur et dans le son du groupe qui s'homogénéise, devient plus soudé. C'est lorsque l'addition de plusieurs musiciens devient autre chose que leur somme que les choses deviennent intéressantes.

 

Nous sommes maintenant à Hanghzou distant d'à peu près 300 kilomètres au sud de Shanghaï. Journée de repos avant le concert de demain.

 

Sur la route en direction de Hangzhou (nous avons voyagé par autobus) j'ai été surpris par la différence entre les constructions humaines et celles créées par la nature. Toujours dans celle-ci, une sorte d'équilibre, d'harmonie, de douceur même, rien qui choque le regard ou n'offusque les sens. Tout se tient, tout est lié. Les constructions humaines ont rarement ces qualités, sont parfois prétentieuses et semblent même souvent, en comparaison avec la nature, grotesques.

 

Être cultivé ne veut pas forcément dire raffiné. On peut ainsi "posséder" une culture, savoir des choses sur différents sujets (philosophie, arts, mathématiques, sciences etc.) mais n'être qu'une espèce de réservoir où les fiches s'accumulent dans notre esprit, l'encombrant plus que lui donnant une sensibilité nécessaire au raffinement. Le raffinement provient de la capacité de voir directement, avec un esprit frais et disponible. 

 

Ainsi, la plupart de nos savants architectes sortant des écoles, remplis de savoir et souvent immature parce que spécialisés dans un domaine, ne connaissant qu'une portion étroite de la vie, n'ayant jamais eu l'occasion de voir le phénomène de la vie dans son intégrité, imaginent des constructions à l'image de leur personnalité morcelée. Cela vaut malheureusement pour toutes les activités humaines.

 

L'éducation contemporaine forme des spécialistes qui se sont conformés, dans une large part, à leurs professeurs, aux livres qu'ils ont lus et/ou étudiés, à la discipline propre à chaque école etc. Après s'être fait dominer de la sorte, parfois sous les fallacieux concepts "d'apprendre" ou pire "d'aimer" ces spécialistes voudront, inconsciemment la plupart du temps, prolonger et faire perdurer cette héritage qui sape ni plus ni moins la créativité que l'on porte naturellement en nous.

 

C'est l'impulsion créatrice qui produit sa propre technique. L'école, la plupart des institutions procèdent à l'inverse avec les aberrations que l'on peut observer et parfois subir.

 

Une pluie vient de s'abattre sur la ville. Du haut du 8ième étage de mon hôtel, je peux voir les gens courir pour s'abriter. Le soleil revient vite et sèche en quelques minutes les rues qui sont reprises d'assaut par les réfugiés du temps pluvieux. Le temps parfois s'arrête...le temps d'une averse. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article

commentaires