Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 17:37

Je vous fais part d'un mail que j'ai envoyé hier concernant le pacifisme et les bons sentiments qui animent certaines organisations. Ce mail est une réponse à un mail que j'ai reçu d'une organisation qui porte le nom d'un journaliste, Daniel Pearl, exécuté il y a quelques années par Omar Cheik, terroriste appartenant à Al Qaïda. Cet exécution, horrible, insoutenable  qui n'a certainement pas sa place dans un monde dit civilisé peut être visionnée sur internet. Elle est la raison, le point de départ de cette organisation qui a pour but (entres autres) de dédier des concerts à la paix (dans le courant du mois d'octobre) et souligner toute l'horreur de cette exécution. Beaucoup de pays (80) ont déjà participé à cet évènement pour la paix dans le monde. Cette façon de faire, pour vénérable qu'elle soit, soulève chez moi des questions.  Voici le mail en question: (j'y ai fait quelques modifications par rapport à l'original mais son contenu reste globalement le même) 

 

Bonjour,
 

je viens de recevoir votre réponse à mon mail d'il y a quelques jours. Je pense avoir été répondu par une machine.

Ce sentiment très désagréable de, finalement, ne pas être réellement lu par un véritable être humain mettra probablement fin à notre échange. J'attendrai la prochaine réponse et aviserai.

C'est pourquoi j'écris en français, langue commune avec Marianne Pearl. Nous perdons notre humanité lorsque notre organisation compte sur des machines pour communiquer. C'est d'une grande tristesse. Il est hors de question que je m'unisse à une...machine...! (on m'a finalement répondu plus directement)

 

(...)Je ne crois pas un instant que les religions s'uniront pour faire la paix comme vous le suggérez dans votre réponse. Elle sont le fruit de la peur des hommes devant l'inconnu, devant la mort. Le bouddhisme entre dans cette catégorie vu qu'il suppose de croire en la réincarnation (ce que Bouddha lui-même récusait!) et où il est également question de transcendance. Avec un peu d'étude sur l'histoire des religions ont peu affirmer également  qu'elles ont presque toujours été du côté des opprimeurs. Elles séparent au lieu d'unir et sont responsables d'au moins 40 guerres de part le monde depuis quelques siècles. Même Jésus, pour mettre les "vendeurs" hors du temple, a usé d'une certaine violence... 

 

On ne peut pas comprendre notre monde uniquement avec de bons sentiments. Je n'aime pas les discours trop "sucrés", ils me font peur parce que coupés de la réalité. J'apprécie quand un prêtre ou autres curés met la main à la pâte, si je puis m'exprimer ainsi. L'exemple de L'archevêque Romero du Salvador dans les années 70 me vient immédiatement à l'esprit. Cet homme s'est donné corps et âme pour donner aux démunis de son pays les moyens de se prendre en main. Son assassinat, alors qu'il disait la messe, par un commando entraîné et supporté par les États-Unies devraient vous émouvoir et peut-être, si nécessaire, vous ouvrir les yeux sur la politique de votre pays. Je vous invite, si ce n'est déjà fait , à lire le petit livre de Noam Chomsky "Les dessous de la politique de l'Oncle Sam" paru aux Éditions Écosociété ou si vous préférez en anglais sous le titre "What Uncle Sam really wants" aux Éditions EPO.

 

Il faut y mettre de l'intelligence et comprendre soi-même et notre société pour comprendre les autres. Al-Qaïda est une réponse à une politique basé sur l'injustice, le cynisme et l'horreur. Je suis absolument contre la violence mais jusqu'à un certain point. Soyons clair et j'insiste, je suis contre la brutalité mais il faut absolument la comprendre pour l'enrayer sérieusement et définitivement.  Nous avons la chance, moi au Québec et vous aux États-unies ou en France de voter librement pour un gouvernement de notre choix. Nous sommes donc responsable collectivement de ces gouvernements que l'on a élu. Là est, à mon avis, le véritable combat qu'il faut mener.
 
 

Une certaine forme de liberté en France est le résultat d'une révolution qui ne fut pas pacifique. Aux États-Unies la guerre de sécession a débouché sur l'abolition de l'esclavage (je fais court...). Là encore, il a fallu lutter physiquement pour avoir un résultat. Je ne crois pas que les bons sentiments changeront le monde, car ceux qui détiennent le pouvoir savent plus que jamais comment le garder et possèdent des moyens qui incluent la violence! La liberté n'est jamais donné mais toujours chèrement acquise. La chance que nous avons de vivre dans une société ouverte est le fruit et l'héritage de beaucoup de luttes. Il ne faut jamais l'oublier.

 

Je suis pacifiste mais pas idiot.

Fin de mon mail.
 
J'attends une réponse de Marianne Pearl, la femme de Daniel Pearl. En effet, je suis pacifiste mais pas idiot. Mon désir de paix a une limite. Si on m'attaque je ne resterai pas les bras ballants attendant qu'on m'achève. Il existe une certaine hypocrisie avec cette prétendu non-violence qui est souvent plus une position théorique de gens qui n'auront jamais rien à défendre et qui font de la morale de gens riche et bien-pensant. Les terroristes d'aujourd'hui seront souvent appelés révolutionnaires demain et héros le sur-lendemain. Il existe un grand nombre d'exemples qui illustre mon propos dans l'histoire de l'humanité.
 
Qu'on me comprenne bien. Je ne fais pas l'apologie de la violence ni ne pense que la lutte physique (armée ou non) est une réponse juste. Il arrive simplement que ce soit la seule issue possible pour sauver le peu de dignité qu'un être humain possède. Lorsque des gens en arrive à cette extrémité, il faut qu'ils soient sans espoir d'être entendus et compris. Ceux qui entrevoient la violence (physique et/ou psychologique) comme moyen de soumettre l'autre sont des fous ou des imbéciles qui ne méritent pas le qualificatif d'humains. 
 
On pourrait aussi parler de la violence passive qui est une violence psychologique qui peut faire des ravages et qui est beaucoup plus difficile à cerner. Cette brutalité est plus insidieuse et permet à l'agresseur de jouer les innocents voire les victimes! Je donne un exemple pour être mieux compris.
 
Vous êtes témoin d'une situation où une personne souffre, qu'elle qu'en soit la raison. Vous la voyez se débattre mais ne bougez pas le petit doigt, peu importe le motif de cette passivité (motif peu humanitaire, on s'en doute...), sachant que vous pourriez faire partie de la solution. Voilà un exemple d'agression passive. On peut la rencontrer assez souvent dans les milieux dit "cultivés" où l'agression directe est mal vue. Ces personnes vous diront qu'elles ne sont pas responsables de la souffrance d'autrui et garderons intacte l'image (souvent haute...) qu'elles se font d'elles-mêmes et que les autres ont de cette personne. 
 
Pas besoin de vous dire le peu de respect que j'ai pour ces petites âmes...
Je reviens bientôt sur la suite de mon périple en Chine.
 
  
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article

commentaires