Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 19:31

Dans notre société, un artiste qui ne vend pas est suspect. On jauge presque toujours la qualité éventuelle, la pertinence du créateur en fonction de la quantité (prix d'une toile, nombre de billets ou livres vendus, capacité à remplir une salle, nombre et prestigiosité des prix et récompenses reçus etc.). Toute cette façon de voir la culture et de la qualifier (ou la disqualifier) doit certainement avoir un impact sur sa qualité.

 

Vouloir être aprrécié du plus grand nombre c'est vouloir être apprécié par n'importe qui... Star Académie est un exemple très parlant de ce phénomène. On forme en vue d'avoir du succès. On trouve et donne des recettes pour "arriver", on systématise une démarche, on industrialise, on coupe, prend des raccourcis en faisant appel à des "spécialistes" du succès.

 

Bien sûr, on se cache derrière des discours sur la créativité, on assure et se rassure par des pirouettes sémantiques, on se convainct et tente de convaincre que cette entreprise vise à former! Le but est là pourtant, clair, limpide. Viser le succès.

 

(Ce mensonge, cette façon de faire me rappelle un peu ce pays qui fait la guerre au nom de la démocratie, de la liberté mais qui est plutôt intéressé par sa propre expansion économique. Beaucoup de beaux discours qui tentent de cacher une réalité affreuse et vomitive)! 

 

Or, si on vise uniquement le succès, c'est que nous n'aimons pas vraiment ce que nous faisons! 

 

Cette démarche nie le temps qu'il faut pour faire véritablement éclore le talent. Cette vision des choses est la même que celle qu'on utilise en agriculture. Oui, on peut faire pousser des tomates en grand nombre et rapidement avec l'aide de toutes sortes d'engrais mais on peut aisément voir et goûter le résultat! identiques, sans goût, sans saveur. Prêtes pour la consommation de masse. Ce qu'on gagne en quantité, on le perd en qualité. Ce qu'on gagne en temps, on le perd en profondeur. Les recettes miracles n'existent pas.

 

Le temps, la réflexion, le recul sur son travail et soi-même, l'erreur, les embûches de toutes espèces. Prendre le temps de paufiner, d'affiner, de réfléchir. Tomber, se relever, retomber...Avoir le courage et le temps de se tromper! Tout ceci fait partie intégrante de la formation. Sauf exception, les Brel, Brassens, Leclerc, Desjardins, Ferré, Vigneault (pour rester dans la chanson) ne se sont pas fait en un jour (ou quelques semaines...)! 

 

Être passionné, aimer profondemment ce que l'on fait, c'est être préoccupé par la démarche et non pas le résultat.

 

Le succès tout comme l'échec sont des escroqueries, des formes corrompues de voir et d'appréhender la vie.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article

commentaires

seillier thierry 02/12/2011 14:58

merci pour ce texte qui est si vrais ,en meme temp il me redonne de la force pour ceque je fait merci !