Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 17:17

Nous sommes dans l'ère du "faux" exhibitionisme. Se montrer. Mais pas n'importe quoi! Nous vivons dans l'ère du faux. La surface, le superficiel sont devenus plus importants que le fond. Cacher et dans un même temps montrer sont devenus le sport national. Cacher avec virtuosité, dans l'élégance. Éviter. Vivre de non-dits parce que dire, regarder et voir est trop douloureux. Nous nous sommes bâtis des images de nous-mêmes, belles, recevables, "politiquement correct". Il y a longtemps que le miroir a été cassé ou déformé par notre peur du vrai. 

 

En même temps, existe un exhibitionisme, un désir de montrer à quel point nous sommes "libres", avec une tolérance (mot qui cache finalement notre incapacité à réelement partager des points de vues différents: on accepte pas la différence mais on la "tolère"), une ouverture sur l'autre idéales, qui méritent l'admiration des autres etc. Dans le fond tout ceci est bien misérable et empêche l'évolution de notre société...Pas besoin, nous sommes si exemplaires...

Comme par exemple, montrer son corps, ses fesses, poser nu...la grande mode!

 

Nous sommes imbus de nous-mêmes. Voilà le fond.

 

-Miroir, dis-moi qui est la plus belle?

-Tu me poses la question en exigeant une réponse qui confirmera ta vanité! Et si je réponds que tu n'es pas la plus belle, tu me casseras...

Voilà, globalement où nous en sommes. Une société qui ferme les yeux sur elle-même ne peut évoluer. Ou qui regarde dans une direction qui n'engage qu'à peu de chose, l'épiderme des problèmes. Une personne qui ferme les yeux sur elle-même ne peut évoluer. Ou alors trouver un entourage complaisant qui, lui aussi aveugle par faiblesse, confirmera continuellement sa grande valeur. Bien sûr, les qualités sont là. Personne n'est complètement mauvais ou bon, nous avons des côtés positifs en tant que groupe et individu. 

 

Imaginez un automobiliste qui fait une crevaison, s'arrête sur le bas-côté, sort de sa voiture et au lieu de voir le problème, fait l'apologie des trois roues encore valides...On le prendrait pour un imbécile! On se gausserait de son incapacité à voir la réalité! Le résultat est évident: tant qu'il ne regardera et corrigera son problème, il fera du surplace. Il n'avancera pas.

 

Cettte pauvreté de vision, ce désir maladif de ne voir que ce qui nous arrange, cette propension à ne pas vouloir réellement communiquer (c'est-à-dire mettre en commun), aboutissent à former une société basée sur l'hypocrisie.

 

Combien de fois nous avons dû "subir" ces sourires faux, ces discussions qui cachent un abîme, qui évitent la réalité, tournant autour du pot, sinueuses à rendre malade. Si par malheur vous rentrez dans le vif du sujet, on vous traite de personne dure voire violente, on exhibe et se cache derrière ces épouvantails, montrant à quel point on est tolérant et pacifique...

 

Ou alors on vous fait un "beau" sourire et vous ignore...

 

Ce que j'écris, je le fait parce que je vois mes filles qui, déjà à 10 ans, utilisent parfois ces stratagèmes. Je vois toute la pression et le poids des mauvaises habitudes qu'une société, nos familles et gens proches peuvent faire peser sur nos enfants. Je pèserai de toutes mes forces, mettrai mon poids et ma conviction à leurs (mes filles...et les autres) faire voir et comprendre que cette façon de faire n'a pas d'avenir.

 

La cécité volontaire et organisée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick Rieu - dans Culture
commenter cet article

commentaires