Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 16:42

Je vis dans un village, 3000 âmes environ, à 100 kilomètres de Montréal. Un village, comme beaucoup d'autres au Québec, qui vit à son rythme. Ou absence de rythme...

 

Dans tous les restaurants on offre "le journal de Montréal" comme unique lecture et je soupçonne que c'est là l'unique source d'informations de la plupart de mes concitoyens. Avec la télévision. Ça n'augure rien de bon.

 

La bibliothèque offre un grand nombre de romans insignifiants, beaucoup de littérature religieuse, des biographies, des livres pour enfants trop souvent niais comme si on leur préparait une vie à l'image de ce qu'ils lisent...Quand ils lisent.

 

Mon village est ce qu'on pourrait appeler un "village mouroir". La moyenne d'âge est de plus de 65 ans. On peut y compter pas moins de 7 résidences pour personnes âgées.

 

On vient tout juste de finir de construire une caisse populaire en face de chez-moi. Énorme et rutilante avec des guichets automatiques du tout dernier cri entre l'église et le CLSC. Hasard? L'argent entre Dieu et la santé? Ou alors un résumé de toute une vie comme elle se passe dans ces villages? Naître, gagner sa vie et mourir, dans les bras de Dieu si on y croit.

 

Oui, j'exagère mais pas tant que ça. Mon village est une autre planète. Mon village c'est le Québec de mon enfance. C'est les années 60. Peu de culture ou alors c'est celle de Star Académie. C'est le Québec du deux-oeufs-bacons-pain-blanc-café, c'est le Québec de la sauce-brune-pour-aller-avec-les-patates. C'est aussi le Québec des gros chars-qui-beurrent-en-tabarnac le soir sur le coin de la rue, en face de l'hôtel où on commence sa journée avec une bonne bière.

 

Mon village, c'est le "royaume de la motoneige" comme l'indique la phrase qui accompagne une magnifique sculpture (ou c'est l'inverse?) à l'entrée de celui-ci. C'est le royaume du moteur. Motos, 4 et 3 roues (vous savez, ces motos qui n'en sont pas...), motos-marines et bateaux à moteur (qui ressemble plus à des moteurs à bateau) bref...Les compagnies pétrolières peuvent dormir sur leurs deux oreilles, il y a encore une "piasse" à faire. Idem pour les vendeurs de chars, de motos en tout genre, de quatre roues etc.

 

L'éducation gratuite? Ça urge! Pour tous! Mais est-ce qu'un peuple vraiment éduqué est souhaitable pour nos oligarques? N'est-il pas plus facile de vendre, de faire consommer n'importe quoi, de diriger et faire croire ce que l'on veut à un peuple ignorant? Instruit et ignorant.

 

Pourquoi les gens qui nous gouvernent donnerait-il ce pouvoir, cette capacité de réfléchir, de remettre en cause, de ne pas se soumettre à des idéologies qui prônent l'injustice comme une nouvelle justice? De quel côté se trouve ce pouvoir aujourd'hui? Poser la question c'est un peu y répondre.

 

Veut-on vraiment d'un peuple instruit et éduqué? De cette instruction qui balaie l'ignorance et non pas la soutient et l'avalise. Libre? Adulte? Responsable? La démocratie ne peut-elle fonctionner véritablement qu'avec des gens qui votent en toute connaissance de cause?

 

L'instruction est-elle suffisante? Tout dépend de la qualité de cette instruction.

 

On voit sortir de nos universités, grandes écoles etc. des gens instruits mais qui ne sont que des gestionnaires compétents. Instruits mais pas éduqués ou plutôt mal éduqués. Et quand je dis compétents, je suis gentil...Il se trouve que tout travail intellectuel, pour peu qu'il soit rigoureux, sera aujourd'hui perçu comme une menace de la part des dirigeants mêmes de ces écoles.

 

Il est clair qu'une éducation digne de ce nom contient un élément subversif intrinsèque. Une tête bien faite refusera un système qui n'a que son propre maintient pour toute raison d'être. 

 

Notre société a besoin de gens désorientés, amorphes, "frileux", obéissants voire craintifs pour continuer à répandre sa justice injuste. Ceux qui font perdurer ou qui sont directement responsables de crimes contre l'humanité (famines, génocides, guerres illégales, indifférence face à la misère, à la torture etc.) le font par l'entremise de l'éducation. On ne peut résister à ces actes sans un minimum de connaissances et réflexions. Donner un nom à ces crimes afin de soulever l'indignation et concrétiser cette indignation par des gestes concrets. Or, la plupart du temps, nous fermons les yeux devant ces atrocités, nous contentant de nous faire une place dans cette bien triste structure qu'est notre société.

 

Une éducation qui rend indifférent est suspecte. Une éducation qui mise sur le pire en nous est plus que suspecte. Une éducation qui exacerbe notre individualisme, qui exacerbe la rapacité et l'égoïsme peut-elle encore porter le nom d'éducation?

 

Pour moi, la hausse des frais de scolarité n'est que la pointe d'un iceberg qui en cache un autre. 

Partager cet article

Repost0
Published by Yannick Rieu - dans Culture